Le déjeuner des barricades – de Pauline Dreyfus (2017)

PDB

Une satire plaisante de la haute bourgeoisie, confrontée au Paris révolté et barricadé de Mai 1968. J’ai bien aimé ce roman, assez prenant, dont les situations sont drôles et décalées. J’adore lorsqu’un auteur (comme P. Dreyfus) mélange des personnages réels et fictifs pour tourner la société en dérision : c’est très bien fait dans ce livre.

Le roman relate un déjeuner mondain, qui – en pleine grève générale et crise politique – est prévu au luxueux Hôtel Meurice dans le cadre du prix littéraire Roger-Nimier, qui doit être remis au jeune écrivain Patrick Modiano. Ce contexte révolutionnaire va perturber son organisation, tant au niveau des invités que du personnel de l’Hôtel touché par le virus de l’autogestion.

Entre Dali, Blondin, Morand et le timide Modiano, je me suis régalé tout au long de ce « déjeuner des barricades ». Il a le mérite d’aborder Mai 68 et l’Occupation, de confronter le changement et la continuité, la révolte et la stabilité. Ce livre moque le sens premier de révolution : un mouvement qui ramène périodiquement au même point.

Le texte est rythmé, sans coupures : un flux continu qui m’a emporté par son humour et son style. Je vous le conseille.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s